"Pour qu'un avion vole bien, il doit être beau....."


Marcel Dassault.







Dassault-Breguet Mirage 2000


Chasseur d'interception multirôle et de supériorité aérienne


                                               

Le Mirage 2000 ait été choisi en décembre 1975 comme base du renouvellement de la flotte d'avions de combat de l'armée de l'Air française, il reste aujourd'hui encore, l'un des monoréacteurs les plus performants au monde.
Son constructeur, Dassault Aviation et ses principaux partenaires, le motoriste Snecma et le systèmier Thalès ont su le faire évoluer pour en faire un appareil de plus en plus polyvalent et toujours compétitif, comme en témoignent les succès obtenus à l'exportation.
Le Mirage 2000C, premier Mirage 2000 de série, a été livré à l'armée de l'Air Française en 1983. Depuis, ce sont 315 appareils, toutes versions confondues, qui ont été commandés par la force aérienne française dont ils constituent l'essentiel de la flotte d'avions de combat.
Au lancement du programme, l'objectif prioritaire était de doter l'armée de l'Air, au meilleur rapport coût/efficacité, d'un avion fiable et performant (notamment très manoeuvrant) pour succéder au Mirage F1 de défense aérienne, le principal souci étant alors de protéger l'espace aérien national contre une éventuelle attaque des avions du Pacte de Varsovie.
Le prototype du Mirage 2000 a fait son premier vol le 10 mars 1978.
Ce chasseur à aile delta apportait d'importantes innovations : commandes de vol électriques (augmentant la manoeuvrabilité), aérodynamique plus fine et allégement structural (grâce à l'emploi de matériaux composites), ainsi qu'un nouveau radar Doppler multimode et un nouveau moteur, le M53, qui conférait pour la première fois à un chasseur français opérationnel un rapport poussée/poids supérieur à l'unité.

 

Fiche technique de l'avion de combat Mirage 2000
Type
avion d'interception et de supériorité aérienne
Moteurs :
réacteur SNECMA M53-P2 (9700 kgp)
Performances :
vitesse maximale : Mach 2,2 (2340 km/h)
distance franchissable : 1480 km.
Poids :
à vide : 7500 kg
maximale au décollage : 17000 kg.
Dimensions :
envergure : 9,13 m
longueur : 14,36 m
hauteur : 5,20 m
surface alaire : 41 m2.
Pays d'origine :
France

PPlan de l'avion :       








Guide d'identification
Dassault Mirage 2000
 
Plan 3 vues

 
Historique

Le Mirage 2000 a été développé par Dassault Aviation et proposé au gouvernement français pour remplacer le Mirage III, cheval de bataille de l'Armée de l'Air. L'appareil a été choisi par la France le 18 décembre 1975. Le premier prototype vola le 10 mars 1978 aux mains de Jean Coureau et l'entrée en service date du 2 juillet 1984 avec l'activation opérationnelle de l'escadron 1/2 Cigognes à Dijon.

 
Spécifications
  2000 B 2000 C 2000 D 2000-N 2000-5
Envergure (m) 9,13 9,13 9,13 9,13 9,13
Longueur (m) 14,85 14,66 14,36 14,94 14,65
Hauteur (m) 5,20 5,20 5,20 5,20 5,20
Surface alaire (m2) 41 41 41 41 41
Poids à vide (t) 7,6 7,5 7,6 7,6 7,5
MTOW (t) 16,5 16,5 17 17 17
MLW (t) 12,3 12,3 16,7 16,7 16,7
Masse de combat (t)   9,4      
Carburant interne (t) 3,1 3,16 3,1 3,1 3,16
Carburant ext. max. (t) 4,2 4,2 4,2 4,2 4,2
Charge ext. max. (t) 6,3 6,3 6,3 6,3 6,3
Poids décoll. en lisse (t) 10,96 10,86 10,96 10,96 10,86
Ravitaillable en vol oui oui oui oui oui
Performances
Facteur de charge (G) +9/-3,2 +9/-3,2 +9/-3,2 +9/-3,2 +9/-3,2
Limite structurelle (G) +13,5/–9 +13,5/–9 +13,5/–9 +13,5/–9 +13,5/–9
Plafond opé. (ft) 50 000 50 000 50 000 50 000 50 000
Vitesse maximale M2.2 M2.2 M1.4 M1.4 M2.2
V. mini. en palier (kt) 100 100 100 100 100
Taux de montée (ft/min) 17 000 17 000 17 000 17 000 17 000
V. approche (kt) 150 150 150 150 150
V. atterrissage (kt) 125 125 125 125 125
Dist. atterrissage (m) 640 640 640 640 640
Dist. franchissable (nm) 1 800 1 800 1 800 1 800 1 800
 
Motorisation
Version Spécificités
Mirage 2000 B
Un réacteur Snecma M53 P2 (du n°523 au 530) ou M53-5 (du n°501 au 522) de 9700 kgp avec réchauffe.
Mirage 2000 C
Un réacteur Snecma M 53-5 (du n°1 au 37) et M53 P2 (pour les suivants) de 9700 kgp avec réchauffe.
Mirage 2000 D, N, -5F, -9
Un réacteur Snecma M53 P2 de 9700 kgp avec réchauffe.
 
Schéma du Snecma M53-5
 
Versions
Version Spécificités
Mirage 2000 A
Version d'attaque, pour l'exportation.
Mirage 2000 B
Biplace en tandem de défense aérienne et transformation.
Avionique : Radar Doppler à impulsions (RDI), commandes de vol électriques (CDVE) et pilote automatique.
Armement : pod canon DEFA 554 de 30 mm, Magic II, Super 530 D.
Mirage 2000 BOB
BOB pour Banc Optronique Biplace.
Si le CEV n'utilise plus cette appellation, il dispose cependant de deux M 2000 B, à savoir le 501 (qui sert aux essais de l'OSF, du MIDS et du RBE2) et du 504 qui sert aux essais du pod Damoclès et autres matériels air-sol. Le 2000B n° 504 a servi pour tester plusieurs systèmes optiques tels que le HUD du 2000-5, des jumelles de vision nocturne ou le FLIR Rubis. Il sert aussi aux tests du système OBOGS et à d'autres essais ou comme plastron.
Mirage 2000 C (RDM)
Monoplace de défense aérienne.
Notons que tous les appareils on été rétrofités et que plus aucun RDM n'est en service dans l'Armée de l'Air.
Avionique : radar Doppler multimode (RDM), contre-mesures électronique intégrées, CDVE, pilote automatique, centrale inertielle et CME intégrées.
Armement :Super 530D, Magic II, 2 canons 30 mm, roquettes, bombes lisses et freinées.
Mirage 2000 C (RDI)
Rétrofit du RDM ou production directe avec le nouveau radar doppler à impulsions (RDI) avec capacité "look down-shoot down".
Mirage 2000 D
86 exemplaires.
Auparavant dénommé N'.
Biplace d'assaut conventionnel dérivé du Mirage 2000 N, spécialisé dans la pénétration tous temps à basse altitude. La version D est une amélioration du N par la modernisation du système de navigation et d'attaque, du dispositif de leurrage, par l'emploi de nouvelles armes et le perfectionnement du tir automatique tous temps.
Avionique : CDVE, 2 centrales à inertie, radar Antilope de suivi de terrain, un système de cartographie ICARE, GPS intégré, contre-mesures électroniques intégrées, tir tous temps grâce au PDLCT-S.
Armement : conventionnels (y compris guidés laser par pod PDLCT-S ou ATLIS II), Apache, SCALP, ASMP.
Mirage 2000 E
E pour exportation.
Modifications de l'avionique diverses selon les clients, mais toujours autour du RDM.
Mirage 2000 ED
Version biplace du 2000 E.
Mirage 2000 N
68 exemplaires.
Version biplace d'assaut nucléaire et conventionnel.
Avionique : CDVE, radar antilope de suivi de terrain, Système de cartographie icare, contre-mesures électronique intégrées, radionavigation 2 centrales à inertie, Uliss 52 P.
Armement : Magic II, bombes 250 kg - BAP 100 - BAT 120 - GBU 12 (capacité en cours d'acquisition), missiles ASMP.
Mirage 2000 R
Version équipée de pods de reconnaissance du 2000 E.
Mirage 2000 X7
Utilisé par le CEV.
Cet avion est le 7ème Mirage 2000 de série qui a été directement prélevé de la chaine de montage de Dassault. Il n'a donc jamais été en service dans l'armée de l'air. Il a recu quelques modifications de structure comme l'ajout de la fameuse antenne CME située sur le haut de dérive des 2000-5. Cet avion est utilisé pour faire des essais de séparation de systèmes d'armes (comme le SCALP EG par exemple).
Cet avion a un carénage rectangulaire sous le nez (flèche) qui permet de monter une caméra rapide pour filmer les séparations des armes montées en point ventral.
(Détails de Dominique Friard).
Mirage 2000-3
2000 B modifié (ex-B01) par Dassault pour tester la visualisation multifonctions du type Rafale (système APSI).
Mirage 2000-4
2000 modifié par Dassault pour tester l'intégration du missile AA Matra Mica.
Mirage 2000-5F
37 exemplaires.
F pour France.
Dernière version entrée en service, le -5F diffère de ses prédécesseurs surtout par son avionique, par l'intégration des modifications apportées au 2000-3 et au 2000-4. Il est uniquement utilisé pour des missions de supériorité aérienne.
Avionique : Radar à balayage mécanique (ses capacités viennent de sa GAFO (gestion automatique de la forme d'onde) et de sa GAFB (gestion automatique de la forme de balayage), pack de contre-mesures mk.2 (version export uniquement) et un HUD Thomson-CSF VEH 3020. En cockpit, on note la disposition "glass-cockpit" 5 écrans (d'où son nom) avec VTH, VTM (radar), VTB (situation tactique) et 2 VTL (paramètres avion et armement en général)
Nota : GAFO et GAFB sont classifiées
Mirage 2000-5 Mk2
Dernière version produite, le Mk.2 est la version biplace du 2000-5. Il peut accomplir toutes les missions dévolues à un avion multirôle, des missions de défense aérienne à l'assaut conventionnel en passant par la lutte anti-radar, y compris en "swing-rôle", c'est-à-dire mener à bien plusieurs tâches différentes au cours du même vol.
Mirage 2000-8
Mirage 2000 C RDI pour Abu Dhabi.
Mirage 2000-9
Version améliorée du 2000-5 pour les Emirats Arabes Unis. Le premier 2000-9 (n° 702) a volé pour le 4 juillet 2002.
Il intègre une capacité de frappe terrestre à longue distance avec le radar Thalès RDY-2, de l'EMTI (pour Ensemble Modulaire de Traitement de l'Information, un ensemble de gestion des systèmes), un pod de désignation laser et une perche de ravitaillement.
 
Critères d'identification

Le Mirage 2000, sous toutes ses versions, est un avion à ailes delta, parmi les derniers encore en service actuellement. Il est donc aisément identifiable, surtout en France, où aucun autre appareil de cet type n'est en vol, hormis le Mirage IV, bimoteur bien plus grand et plus puissant.

Vu de dessus ou de dessous, son aile frappe l'esprit avant tout. Une aile rognée et arrondie aux pointes (1), un bord de fuite formant un angle ouvert avec le fuselage (2) et des prolongements aérodynamiques autour du moteur (3).

Vu de face, le 2000 est reconnaissable grâce à ses entrées d'air en demi-cercle avec la souris au centre (1), sa perche de ravitaillement en vol fixe (2) et ses aigrettes sur la partie supérieure des entrées d'air (3).

      Différencier les versions
          Les biplaces

Les biplaces peuvent être différenciés par leur camouflage puisque le 2000 B est deux tons bleu ciel et gris, le 2000 D en deux tons vert et gris et le 2000 N a l'intrados des ailes peint en gris.
Nota : les Mirage 2000 biplaces exportés sont tous des 2000 B, quelle que soit leur couleur (généralement sable).

De plus, les mirage 2000D ont deux antennes CME au dessus de la dérive ainsi qu'un lance leurre de crête que n'ont pas les 2000N. Autre différence entre 2000D et 2000N : le radôme du 2000N est noir mat alors que celui du 2000D est vert foncé (très très légèrement plus clair que le vert du camouflage). (Détails de Dominique Friard). Ajoutons que si le 2000N, plus ancien, a une perche anémométrique au bout du nez, le 2000D n'en a pas.

          2000 C ou 2000-5 ?

Le 2000 C et le 2000-5F disposent du même camouflage mais comme expliqué plus haut, la dernière version de cette gamme a vu son avionique étoffée. Les sytèmes de détection passive ont été améliorés et des capteurs ont donc été ajoutés sur le fuselage. Bien sûr, il faut une bonne vue pour les distinguer lorsque l'appareil vous survole à basse altitude et à grande vitesse, mais au sol, la différenciation est aisée. Les éléments les plus distinctifs sont l'ajout d'un autre capteur à mi-dérive (1) et d'une nouvelle antenne, plus haute, sur l'arête dorsale (2). De même que pour le 2000N et D, le -5F n'a pas de perche anémométrique, contrairement au 2000 C (3).

Pour info, tous les -5F sont en service à Dijon (sauf 2 au CEAM) et sont codés 2-Ex (EC 1/2 qui cogne) et 2-Fx (2/2 Cote d'or), les -5F sont également facilement reconnaissables grâce aux MICA emportés aux points latéraux de fuselage, alors que les C emportent des Super 530D aux points internes de voilure.

      Pour ne pas le confondre avec les autres deltas...
          Kfir et Viggen : des canards très visibles

Parmi les avions à ailes delta en service, les plus courants sont tous équipés de plans canards proéminents et très visibles qui rendent toute confusion impossible avec le Mirage 2000 C. Vous trouverez ci-dessous le Saab JA37 Viggen et le Kfir israélien (en fait, un Mirage V remotorisé). Des flèches indiquent les points permettant une identification immédiate.

      JA37 Viggen
      Kfir
          Différences avec le Mirage III

Même si le Mirage III n'est aujourd'hui quasiment plus visible dans les cieux de France, quelques exemplaires de Mirage IIIB volent encore pour le compte du CEV (Centre d'Essais en Vol) à partir d'Istres ou du CEV de Cazaux. Vu d'en-dessous, le Mirage III a une aile delta plus complète puisque le bout des ailes n'est pas recourbé comme sur le 2000. D'autre part, au sol, le Mirage III a une silhouette moins fine, surtout au niveau des entrées d'air, dépourvues d'aigrettes (1). S'y ajoute une verrière disposant de plus de montants frontaux (2). A l'arrière, l'imposante dérive du Mirage III est plus anguleuse (3) que celle du 2000, surtout dans sa partie supérieure.

Autres points de détail important pour différencier les deux appareils : la sortie de tuyère réacteur en pétales sur le 2000,

et la jonction aile-fuselage (4) beaucoup plus arrondie sur le 2000 (et plus casse-gueule quand il faut le laver) (Détails de Détails de Pierre Pécastaingts).

 
Pays utilisateurs
Pays Unité, avion, base
Egypte
  • 252 TFB - 82 Sq., 2000EM/BM, Bir Ket
France
  • EC 1/2 Cigognes, 2000-5F, BA 102 Dijon-Longvic
  • EC 2/2 Côte d'Or, 2000-5F, BA 102
  • EC 1/3 Navarre, 2000D, BA 133 Nancy-Ochey
  • EC 2/3 Champagne, 2000D, BA 133
  • EC 3/3 Ardennes, 2000D, BA 133
  • EC 1/4 Dauphine, 2000N, BA 116 Luxueil-Saint Sauveur
  • EC 2/4 Lafayette, 2000N, BA 116
  • EC 3/4 Limousin, 2000N, BA 116
  • EC 1/5 Vendée, 2000B/C, BA 115 Orange-Caritat
  • EC 2/5 Ile de France, 2000B/C, BA 115
  • EC 1/12 Cambrésis, 2000B/C, BA 103 Cambrai-Epinoy
  • EC 2/12 Picardie, 2000B/C, BA 103
Grèce
  • 114 PM - 331 MPK Aegeas, 2000EG/BG, Tanágra
  • 114 PM - 332 MPK Geraki, 2000EG/BG, Tanágra
  • 114 PM - SMET Theseus, 2000EG/BG, Tanágra
  • KEAT - SOT (Tact. Fight. Sch.), 2000EG/BG, Andravída
  • 135 SM - 114 PM Detachment, 2000BG/CG, Skiros
Inde
  • No. 1 Sq. (Tigers), 2000H/TH, Gwalior
  • No. 7 Sq. (Battle Axes), 2000H/TH, Gwalior
Pérou
  • GRU.4 - Ala 411 Aguilas, 2000P, La Joya
Qatar
  • 1 FW - 7 Sq., 2000-5EDA/DDA, Al Ghariyeh
Taiwan
  • 2nd TFW / 11th TFG - 41st TFS, 2000-5Di/Ei, Hsinchu
  • 2nd TFW / 11th TFG - 42st TFS, 2000-5Di/Ei, Hsinchu
  • 2nd TFW / 11th TFG - 48st TFS, 2000-5Di/Ei, Hsinchu
Emirats Arabes Unis
  • 1 Squadron, 2000EAD, Al Dhafra
  • 2 Squadron, 2000RAD, Al Dhafra
 
Témoignages de pilotes
Tyrol, pilote de 2000 C RDI (EC 1/2 "Cigognes", SPA 103)
"Les avions s’alignent sur la piste, la montagne à gauche, la mer à droite. Plein gaz : ça tourne, ça chauffe, ça consomme… et ça fait du bruit : les paramètres moteur sont corrects ; l’avion tremble, retenu par ses freins :
- Zara, Muppett A, take off
- A cleared, wind calm,
Top ! Lâcher des freins. Dès que l’avion roule, je pousse la manette des gaz à fond : la post-combustion s’allume, accompagnée du coup de pied au c…l caractéristique. Le Mirage 2000 s’élance sur la piste de Solenzara, et décolle 12 secondes plus tard vers 140 kt. Virage souple à droite vers la mer, en montée vers 1500 pieds, et 300 kt. Je vois du coin de l’œil l’équipier rassembler en FMO (formation de manœuvre offensive, soit à 500 mètres du leader sous un relèvement de 45 degrés arrière).
Stables à 1500 pieds, les deux avions accélèrent rapidement : 400, 500, 600 kt :
- Zara, Muppett A, request to climb to join target
- A, cleared to climb, no restriction,
Arrivés proches de la vitesse du son, vers 660 kt, une pression vers l’arrière sur le manche suffit à amener le nez à la verticale, pour une montée que certains poètes ont baptisée “mexicaine” : une fois les 90 degrés de pente atteints, je mets le manche en butée latérale, et le monde se met à tourner à 270 degrés par seconde : yihaaaa…terre, soleil, mer, équipier, terre, soleil, mer, équipier, on ne s’en lasse pas !
Un Mirage 2000 n’étant toutefois pas Ariane V (!), il faut calmer le jeu : roulis stoppé, cadence à la profondeur pour terminer sur le dos, demi-tonneau. On est à 200 kt, l’altitude est de 28 000 pieds ; coup d’œil sur le côté, l’équipier est toujours en place, la mission va pouvoir commencer, à peine 2 minutes après le lâcher des freins."
Palmito, pilote de 2000 B/C (EC 2/5 Ile de France)
"Le M2000 est un avion facile à piloter, c'est une certitude. L'objectif de Dassault était d'en faire une plate-forme qui soit capable de délivrer toutes sortes de munitions tout en permettant à ses utilisateurs de se consacrer au plus grand nombres de considérations tactiques en plus du pilotage pur. De ce point de vue, c'est une réussite. C'est un appareil qui a une très grande "Nose Authority": il est très facile d'amener le nez de l'avion (et donc ses armes) où on veut. Les commandes de vol électriques de cet avion sont tout simplement extraordinaires (sans être chauvin, je pense que c'est ce qui se fait de mieux au monde en la matière !).
La contre partie de ces capacités exceptionnelles est une perte partielle des sensations du pilotage "aux fesses". Quand on vient d'un appareil à commandes classiques, on se fait souvent avoir par le fait que quand on demande à l'avion d'exécuter une manœuvre, il le fait tant qu'il a l'énergie pour le faire... et si on ne prête pas attention aux paramètres de vol, on se retrouve à basse vitesse sans en avoir eu la sensation.
Et puis... (toujours sans chauvinisme!) il est beau! C'est une très très belle Formule 1 !!
Un seul regret: le Super mirage 4000...."
 
Anecdotes et détails
  • Avec 7,3 tonnes de carburant (le plein interne plus 2 bidons d'ailes de 2000 L et un bidon central de 1300 L), le Mirage 2000 a une autonomie de 2 heures.
  • Les Mirage 2000 D et N sont limités à M1.4 à cause des souris d'entrées d'air fixes.
  • De la même façon, le 2000 est limité à 50 000 ft en altitude opérationnelle car aucun ne dipose d'équipement stratosphérique de pressurisation.
 
Photos
 
Bibliographie
  • World Air Power Journal, n°37.
    Il résume TOUTES les versions du mirage 2000 avec des explications et détails de chaque version.
  • Olivier KLEINE et Dassault aviation, Mirage 2000, Lavauzelle, 1992.
    Ce livre est vendu séparément ou avec la maquette du mirage 2000 de revell au 1/48 dans un coffret. Il regroupe de très belles photos mais il a été édité en 1992 et ne parle que très peu des mirage 2000D de série et des mirage 2000-5 et 2000-9.
 
Auteur : Sergio et Palmito.
Photos : Wingshots.net, Pégase, Escadron 2/5 Ile de France,
Pierre Pécastaingts, Adjudant Rolle (via Palmito) et Eul'Fred.



Cliquez ici pour construire votre Mirage 2000 en papier



  Pour nous référencer sur la toile,votez toutes les deux heures
pour notre site en cliquant sur l'image ci dessous :
  
 

  amicale esta 012

 
Découvrez la playlist notre machine le mirage 2000 avec Daft Punk


 
Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement